Qu’attendra le voyageur dans 10 ans ? Quel sera son profil ? Quel sera l’impact de ces évolutions sur le secteur du tourisme, notamment l’hôtellerie ? Autant de questions auxquelles le rapport publié par le groupe hôtelier IHG, intitulé "L’économie des affinités - des expériences aux relations de voyage" se propose de répondre.

L’étude dresse différents types de profils émergents.

Les "nouvelles familles", avec deux tendances qui s’opposent : les familles pluri-générationnelles et les groupes de célibataires. Aux Etats-Unis, seuls 20% des foyers sont constitués de la famille traditionnelle (un père, une mère et des enfants), note l’étude.


Les " travailleurs génération Y ", qui aiment les ambiances de café où ils peuvent discuter avec d'autres voyageurs, tout en travaillant sur leurs ordinateurs portables et leurs smartphones.


Les "riches seniors dynamiques", qui cherchent l'aventure à 50 ans passés. Cette nouvelle catégorie de voyageurs est la plus aisée et progresse rapidement.


Les "nouveaux explorateurs" venant des pays en forte croissance qui ne "sortent pas des sentiers battus, souhaitent visiter tous les lieux à ne pas rater et dépensent beaucoup d'argent". Les voyageurs asiatiques devraient ainsi totaliser un tiers des dépenses de voyage dans le monde d'ici 2020. Ils "souhaiteront séjourner dans un hôtel qui leur permette de se sentir comme chez eux à l'étranger".
 
 

Des prestations hyper-personnalisées


Le rapport souligne également l'apparition de tendances contradictoires. "Certains voyageurs souhaitent jouir d'une grande indépendance ; d'autres recherchent des prestations hyper-personnalisées. Le principal défi pour les professionnels du voyage sera de trouver un équilibre afin de satisfaire les exigences de ces deux types de voyageurs" avec le développement de services en ligne et automatique de réservation, d'enregistrement à l'aéroport ou à l'hôtel et de l’autre côté, une offre de services personnalisés (personnel polyglotte, chef capable de cuisiner un repas végétalien à la dernière minute….).

 

Les voyageurs mettent plus l’accent sur les villes que sur les pays


Au niveau des destinations, IHG note que les courts-séjours en ville ont progressé en Europe uniquement, de 14% en 2012. "Désormais, dans leur choix d’une destination, les voyageurs mettent plus l’accent sur les villes que sur les pays". 400 villes de taille moyenne, peu connues, situées dans des pays émergents, vont générer 40 % de la croissance économique mondiale au cours de la prochaine décennie et au-delà et pourraient devenir des destinations touristiques.

 

Relations entre les clients et les communautés locales

Enfin et de manière globale, l’étude estime que "ce qui comptera à l’avenir pour les clients, c’est d’être dans un cadre qui leur permette de développer des relations qui ont du sens, soit avec d’autres clients, leurs cercles d'influence, la communauté locale ou l'hôtel". Comment l'industrie du tourisme d'accueil peut-elle alors contribuer à développer des relations entre ses clients et les communautés locales ?
Des réponses, dans le champ du tourisme responsable et solidaire ou avec les nouvelles formes de tourismes ; participatif ou créatif, existent déjà. Mais elle restent à développer.

(Source : l'Echo Touristique du 15 mars 2013)